Térébenthine - Restauration tableaux Paris - décoration
TOURS / PARIS 14e - Tél. : 06 84 63 25 35 - E-mail : contact@terebenthine-restauration.com - Télécharger le book de la restauratrice
 

La toile est le support le plus commun pour la création de peinture de chevalet. Elle peut s’altérer de diverses manières, selon leur nature, leur ancienneté, leur préparation et selon leur passif. La typologie de ses altérations ainsi que les traitements de conservation curative et de restauration associés vont vous être expliqués dans les paragraphes suivants.

 
 

Térébenthine - Restauration tableaux paris Déchirure ou lacune de toile


Une déchirure est une rupture de continuité présente sur la toile. Cette rupture du support peut être plus ou moins complexe. Une lacune de toile est une zone de toile manquante. Les tensions et les forces, présentes au sein de l’œuvre ou induites par un élément extérieur, sont telles que l’élasticité de la toile ne peut les supporter. La toile se rompt afin d’anihiler ces fortes contraintes.


La reprise de déchirure ou l’incrustation de toile peut être entreprise localement avec une consolidation minimale, à condition que la surface abîmée soit bien localisée et d’envergure suffisamment réduite. Si les altérations menacent la solidité mécanique et la conservation de l’œuvre, alors la restauration de la toile impliquera, en plus, une consolidation générale à l’arrière du support d’origine. L’ensemble des produits et matériaux employés doivent être appropriés, stables et réversibles dans le temps.

 
Stéphanie TEYSSIER - Terebenthine - Atelier de restauration - Paris    
 

Térébenthine - Restauration tableaux paris Déformation de toile


Les déformations de toile peuvent se former sous l’effet d’un déséquilibre des tensions au sein de l’œuvre et peuvent apparaître lorsqu’un objet est resté en contact direct avec la toile. Avec des outils appropriés, la remise dans le plan peut être effectuée généralement sans démontage.


Les déformations sont la conséquence de tensions déséquilibrées au sein de l’œuvre et / ou d’une sensibilité de la toile aux conditions environnementales comme l’humidité, par exemple.


Une toile détendue posée sur un châssis à tension modulable peut être retendue sans démontage, simplement en chassant les clefs (petits triangles en bois introduits dans de petites encoches présentes dans les angles du châssis). Si les déformations sont plus conséquentes, un démontage du support est nécessaire afin de ré-organiser les forces au sein de l’œuvre. Si la toile est réactive face à l’humidité, une stabilisation envers ce facteur peut alors être entreprise, grâce à un adhésif synthétique thermoplastique stable dans le temps.

 
Stéphanie TEYSSIER - Terebenthine - Atelier de restauration - Paris    
 

Térébenthine - Restauration tableaux paris Toile cassante


Une toile cassante est une toile fragilisée par l’oxydation (le vieillissement naturel) de la cellulose présente dans les substances de la toile. Une toile cassante peut alors se déformer ou se déchirer spontanément à cause des tensions qu’elle subit. Une imprégnation avec un adhésif synthétique thermoplastique suffit plus communément à redonner de l’élasticité et de la résistance mécanique au support. Dans le cas où celui-ci est trop fragile, une consolidation générale à l’arrière de l’œuvre est alors entreprise soit grâce à la technique dites :

  • « rentoilage traditionnel». Avec cette méthode, le restaurateur reste dans une cohérence de l’œuvre, en utilisant, des matériaux naturels souvent déjà présents dans l’œuvre à restaurer. La restauration met donc en jeux des adhésifs naturels aqueux ainsi qu’un support naturel type toile de lin. L’avantage de cette méthode est de garantir une homogénéité de réactivité entre les matériaux de l’œuvre et les matériaux de consolidation, et donne un très beau rendu esthétique. Cette méthode ne peut être entreprise sur des œuvres sensibles à l’humidité, ou qui seront exposées dans des milieux à fortes variations hygrométriques.
  • « doublage synthétique ». Avec cette méthode, le restaurateur entreprend une consolidation de l’œuvre avec des matériaux synthétiques, allant des adhésifs de refixage, aux adhésifs de scellage du support de consolidation synthétique. Cette technique permet une bonne stablisation de l’œuvre face à l’humidité. La plus part des doublages seront réalisées sur table chauffante basse pression ou bien pour les très grands formats sous enveloppe souple sous vide, avec réactivation à la chaleur par lumière infra-rouge ou au fer.
  • « rentoilage mixte inversé ». Avec cette méthode, le restaurateur allie les avantages des matériaux naturels déjà présents dans l’œuvre (pour les adhésifs de refixage, par exemple) et les avantages de matériaux imperméables face à l’humidité de l’adhésif de rentoilage conçu à base de cire et de résine.

 

Térébenthine - Restauration tableaux paris Toile anciennement rentoilée, doublée


Les restaurations se détériorent avec le temps. Par exemple, le vieillissement des adhésifs entraînent le décollement de la toile d’origine de son support de consolidation. Afin de garantir une stabilité et une pérennité de l’œuvre, les traitements doivent être entièrement repris avec les méthodes suivantes, selon convenance avec la nature des matériaux constitutifs de l’œuvre et la nature de ses altérations soit grâce à la technique dites :

  • « rentoilage traditionnel». Avec cette méthode, le restaurateur reste dans une cohérence de l’œuvre, en utilisant, des matériaux naturels souvent déjà présents dans l’œuvre à restaurer. La restauration met donc en jeux des adhésifs naturels aqueux ainsi qu’un support naturel type toile de lin. L’avantage de cette méthode est de garantir une homogénéité de réactivité entre les matériaux de l’œuvre et les matériaux de consolidation, et donne un très beau rendu esthétique. Cette méthode ne peut être entreprise sur des œuvres sensibles à l’humidité, ou qui seront exposées dans des milieux à fortes variations hygrométriques.
  • « doublage synthétique ». Avec cette méthode, le restaurateur entreprend une consolidation de l’œuvre avec des matériaux synthétiques, allant des adhésifs de refixage, aux adhésifs de scellage du support de consolidation synthétique. Cette technique permet une bonne stablisation de l’œuvre face à l’humidité.
  • « rentoilage mixte inversé ». Avec cette méthode, le restaurateur allie les avantages des matériaux naturels déjà présents dans l’œuvre (pour les adhésifs de refixage, par exemple) et les avantages de matériaux imperméables face à l’humidité de l’adhésif de rentoilage conçu à base de cire et de résine.

 
 

Térébenthine - Restauration tableaux paris Reprise de transposition


La transposition est un procédé qui consiste à retirer la toile d’origine d’une œuvre tout en conservant la partie peinte. De nos jours, les restaurateurs ne réalisent plus ce type d’intervention ou lors de cas très particuliers. Néanmoins, il est fréquent de reprendre d’anciennes transpositions : d’où le terme « reprise de transposition ».


Si la précédente transposition est défaillante, il est alors nécessaire de supprimer de manière mécanique cette restauration afin de consolider les parties d’origines par la pose de nouvelles strates, jusqu’à la consolidation par une nouvelle toile. Actuellement, la consolidation et la fixation des couches intermédiaires ainsi que celle de la toile de consolidation s’effectuent avec des matériaux synthétiques, thermoplastiques pour les adhésifs, stables et réversibles dans le temps.


Une reprise de transposition est une intervention extrêmement délicate réservée aux professionnels de la restauration.